Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 13:52
Je n'ai pas respecté le jour du Coming-Out comme j'aurais dû, en bonne militante harveymilkienne, mais par contre je passe mon temps à en parler. Et là, le post de Vincent Bourseul sur Yagg a attiré mon attention. Il fallait que je réagisse. 
En plus, ça tombe super bien, vendredi dernier j'ai parlé de mon Coming-Out devant la caméra. Vous saurez bien assez tôt ce que ça donne.

Bref, bref.

Le coming-out serait donc has-been...je ne crois pas.
Dans le contexte militant, c'est vrai que, par rapport aux années 70/80, c'est moins pertinent de dire que ça sert à faire comprendre aux gens qu'être gay ça change rien, la preuve, ça fait vingt ans qu'ils en cotoient un. Le curseur d'acceptation est ailleurs.
Sauf dans certains milieux où ça reste encore très vrai, parce qu'ils s'imaginent que ça n'existe pas. Donc déjà faut leur montrer que c'est possible tout en étant une personne très équilibrée. Et le Coming-Out, ça sert à ça.

Dans le contexte personnel, le Coming-Out est pour moi essentiel.
Il faut déjà rappeler que faire son Coming-Out, ce n'est pas du tout -comme beaucoup peuvent le croire- crier qu'on est homo sur tous les toits.
Ce n'est pas de l'exhibition. On ne leur raconte pas toutes les nuits passées à faire des folies de notre corps, on remet juste un truc au point. D'autant plus qu'en général, on le dit à nos proches et pas au monde entier (il se peut qu'on ait une période; comme moi : "Bonjour-je-suis-lesbienne", mais ça dure très peu de temps, ça dépend des gens et c'est pas compris dans le Coming-Out stricto sensu).
Et ce truc qu'on remet au point, c'est qu'on est attirée par le même sexe. Ça aide lorsque Maman vous demande si vous avez trouvé un petit copain. Vous n'êtes pas obligée de sourire bêtement en disant que ce n'est pas le cas.

En fait, il y a deux choses hyper-importantes qui se passent lors d'un Coming-Out.
Au niveau des parents, y'a des mythes qui tombent : ma fille n'aura peut-être pas d'enfant, elle ne se mariera peut-être pas (sauf changement dans la législation, on croise les doigts), elle n'aura en définitive pas la vie que j'imaginais qu'elle aurait, elle sera vraiment différente.
Ce sont des choses que même les parents les plus coulants doivent faire l'effort de réaliser. Ce n'est pas forcément un grand effort, mais c'est un deuil qu'il faut faire, et vaut mieux qu'il commence dans le salon un beau dimanche midi, qu'à la mairie au moment de votre PACS, parce que là c'est violent.

Au niveau des enfants, y'a une expérience métaphysique qui se produit (attention !)
Parce que ce n'est pas seulement déposer la vérité aux pieds de ses parents, avancer pour la première fois à visage découvert (coming out of the closet, hein, sortir du placard, donc du mensonge, de la double vie qu'on menait avant, et que j'ai trouvé pesante), c'est aussi faire acte d'existence.

Quelle que soit la manière dont on le formule, le Coming-Out est une parole performative (autre grand mot d'intellectuelle !).
C'est une parole qui crée une réalité. Cette réalité, c'est votre identité d'homosexuelle. Vous existez enfin à vos propres yeux comme pleinement homosexuelle, le fait de le dire permet de le réaliser. Lorsque vous sortez d'un questionnement plus ou moins long (c'est mon cas), vous posez par ces paroles la première pierre d'un édifice stable.
Il y a un penseur qui disait qu'on existe aussi grâce au regard de l'autre, eh bien là, c'est exactement ça. Le fait qu'enfin l'autre vous regarde telle que vous êtes vous consacre si j'ose dire en tant que telle.
Moi je l'ai vraiment vécu comme ça : ayé, j'suis gouiiiine, c'est sûr, j'ai eu le courage de l'assumer, de le dire à ma môman, je ne reviendrai plus en arrière et je ne me poserai plus de questions existentielles, c'est fini. Je suis assez sûre de ma sexualité pour accepter qu'elle fasse partie de moi et qu'elle soit montrée au grand jour.

Eh ben, mine de rien, dans la vie d'une gouinette, c'est énorme. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Rachel 26/01/2010 10:37


Il est cool cet article, bien écrit, et j'ai éclaté de rire au moment du "n'attendez pas le jour de votre PACS...." !
Perso, le jour ou je l'ai dit à ma mère ça a donné : "Ah ! Enfin ! J'attendais que ça que me le dises !" Moyen l'effet de surprise ! mdr !


Profil

  • TørnBlueJeans
  • Ben voilà. Ça c'est moi. Une gouinette hyperactive, qui fait plein plein plein de choses en même temps. Une fille qui ne se repose que pour se foutre sur internet et écrire ce foutu blog !
http://twitter.com/quota_atypique
  • Ben voilà. Ça c'est moi. Une gouinette hyperactive, qui fait plein plein plein de choses en même temps. Une fille qui ne se repose que pour se foutre sur internet et écrire ce foutu blog ! http://twitter.com/quota_atypique

Recherche