Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 00:49
Elle ne pleurait pas, mais hurlait avec les autres "Résistance!", par cet hiver cinglant où tardait la lumière rousse sur la façade des immeubles de la rue de Montreuil. Les premières lueurs du printemps se faisaient attendre.
Elle avait son petit poing levé; furieux. Dans ses yeux dardait cette étincelle tapageuse, celle des révoltés.

A vingt et un ans, on n'a pas envie de survivre.
Elle avait cette douloureuse impression de mener une vie trop remplie, trop riche en rebondissements, trop riche en coups de théâtre.

Ce au-revoir, la veille, avait été terrible : son ventre s'était tordu de douleur alors qu'elle faisait les premiers pas vers la rame de métro. Elle savait, au fond d'elle, qu'elle ne reverra peut-être pas cette lumière qui pétillait au fond de ses prunelles, son sourire, déjà flou, qu'elle embrassait goulûment, comme on mord dans une pomme, avec bonheur. Son visage si près du sien qu'elle ne voyait que son sourire, ses lèvres, et soudain plus rien. La distincte sensation de sa peau contre la sienne, ses doigts dans sa nuque.
Et la pluie fine qui brillait sur son pull.

La semaine dernière s'était ouverte sur un goût de victoire. Celle-ci s'ouvrait avec ce relent amer mêlé de colère et de regrets. Un goût amer collé au fond de son palais.
Elle s'étonnait un peu. Elle qui se tenait là, le poing levé, sur la place de la Bastille, n'avait pas voulu se battre pour la retenir, elle.
Elle ne se sentait pas de la mettre en cage. Elle ne voulait pas l'obliger à rester. Elle aurait voulu, mais le courage lui manquait. Elle n'avait eu que -lâchement- l'envie de l'embrasser alors qu'elle parlait d'au-revoirs possibles. Et elle n'avait même pas osé le faire. Peur sans doute de paraître déplacée.

Elle ne pleurait pas, elle avait juste la rage au ventre. Elle avait touché les nuages, vécu une sorte de rêve prolongé et cotonneux, à l'image de ce sourire flou qui se brouillait au contact de ses lèvres. Elle ne voulait pas redescendre. Qui voudrait redescendre ?
C'était dérisoire, mais elle s'accrochait à ces quelques souvenirs dorés comme à la planche pourrie d'un bateau qui vient de couler. Peut-être était-ce inutile.

Les papillons dans son ventre bataillaient, s'invectivant contre la possibilité du vide. Tout comme le début, la fin lui paraissait presque irréelle. Comme dans une comédie romantique délavée, elle avait eu droit aux aveux déchirants -la scène de trop.

Elle marchait la main posée sur son ventre, pour faire taire les papillons, quand elle criait le mot "femme". Et c'était comme si ses mains se maculaient de sang.

Partager cet article

Repost 0
Published by TørnBlueJeans
commenter cet article

commentaires

Profil

  • TørnBlueJeans
  • Ben voilà. Ça c'est moi. Une gouinette hyperactive, qui fait plein plein plein de choses en même temps. Une fille qui ne se repose que pour se foutre sur internet et écrire ce foutu blog !
http://twitter.com/quota_atypique
  • Ben voilà. Ça c'est moi. Une gouinette hyperactive, qui fait plein plein plein de choses en même temps. Une fille qui ne se repose que pour se foutre sur internet et écrire ce foutu blog ! http://twitter.com/quota_atypique

Recherche